Définition d'une assurance vie

Tout savoir sur l’assurance vie, c’est appréhender le vocabulaire spécifique qui entoure ce contrat d’épargne. Suivez le guide pour comprendre comment fonctionne l’assurance vie et quels sont ses avantages.

La transmission facilitée du patrimoine, la fiscalité avantageuse de l’assurance vie ainsi que la diversité des supports de placement qu’elle offre font de l’assurance vie le produit d’épargne privilégié des Français. Pour bien comprendre l’assurance vie, il est fondamental d’en donner la définition. Nous vous expliquons ce qu’il faut savoir.

 

Définition, principe et fonctionnement de l'assurance vie 

L’assurance vie est un contrat qui permet de mettre des sommes d’argent de côté, tout en prévoyant la possibilité d’une transmission d’un patrimoine au bénéficiaire de son choix en cas de décès. Une assurance vie comporte une garantie en cas de vie et une garantie en cas de décès. Le fonctionnement d’une assurance vie est assez simple : le souscripteur effectue un ou plusieurs versements auprès d’un assureur. Ce capital génère ensuite des intérêts potentiels qui lui permettent de faire fructifier son épargne. Il est possible de souscrire une ou plusieurs assurances vie selon ses besoins et objectifs.


On peut utiliser son assurance vie pour servir un ou plusieurs objectifs en fonction de son profil d’investisseur : concrétiser un projet immobilier, préparer sa retraite, ou encore avantager des bénéficiaires en cas de décès. Le principe de fonctionnement est le même quel que soit l’assureur choisi et quel que soit le contrat souscrit. Contrairement à certains placements moins flexibles, l’assurance vie offre un cadre souple au sein duquel le rachat est possible à tout moment.

 

Quels sont les avantages de l'assurance vie ? 

Si l’assurance vie séduit autant d’épargnants, c’est parce qu’elle est intéressante à plus d’un titre. Alors, quels sont les avantages d’une assurance vie ? Souscrire un contrat d’assurance vie offre notamment un avantage fiscal en cas de rachat partiel ou total après 8 ans de détention, mais également un avantage patrimonial avec un versement du capital dans des conditions avantageuses en cas de décès. L’assurance vie présente donc plusieurs avantages tant pour le souscripteur que pour les bénéficiaires en cas de décès. Quelques raisons qui font du placement en assurance vie, le placement financier préféré des Français.

 

Définition des différents acteurs d'un contrat d'assurance vie 

 

Assureur, assuré, souscripteur et bénéficiaire en cas de décès sont les quatre intervenants d’un contrat d’assurance vie. Il convient de ne pas les confondre et de comprendre le rôle spécifique de chacun de ces acteurs, l’assuré étant le plus souvent le souscripteur.

L’assureur

L’assureur est celui qui s’engage à gérer les sommes versées sur un contrat d’assurance vie par le souscripteur et à verser à l’assuré ou au bénéficiaire une rente ou un capital au dénouement du contrat. L’assureur peut être une compagnie d’assurance, une mutuelle. Ce n’est d’ailleurs pas systématiquement le distributeur du contrat.

 

L’assuré

L’assuré est la personne physique sur laquelle le risque repose. En cas de décès de l’assuré, le capital détenu sur l’assurance vie est versé aux bénéficiaires en cas de décès et le contrat est dénoué. L’assuré est le plus souvent le souscripteur, mais ce n’est pas obligatoire.


Le souscripteur

Le souscripteur est la personne physique qui conclut le contrat d’assurance vie avec l’assureur. C’est elle qui désigne le ou les bénéficiaires en cas de décès du contrat. C’est également lui qui effectue le versement des primes, répartit les fonds entre les différents supports et décide des éventuels rachats.

 

Le bénéficiaire

Le bénéficiaire est la personne physique ou morale désignée dans le contrat par le souscripteur. C’est elle qui perçoit le capital au moment du décès de l’assuré. Il est possible de choisir un ou plusieurs bénéficiaires par assurance vie : partenaire de pacs, conjoint, enfant, ami, association, etc. Le ou les bénéficiaires sont d’ailleurs formellement désignés dans la clause bénéficiaire du contrat d’assurance vie.

Comparez nos assurances vie

Avec Sicavonline, faites fructifier votre épargne, préparez votre retraite ou encore organisez votre transmission en investissant sur des supports diversifiés.

COMPAREZ LES OFFRES

Définition des types de contrats d'assurance vie

Il existe deux types de contrats d’assurance vie : les contrats dits monosupport et ceux dits multisupport. La répartition de l’épargne au sein du contrat et les classes d’actifs qui le composent sont différentes.

Les contrats monosupports

Les contrats d’assurance vie monosupport comportent un seul et unique support de placement. Il s’agit généralement d’un fonds euros, constitué principalement d’obligations d’État, et dans une moindre mesure d’actions et d’immobilier. Le taux de rendement net de frais de gestion est parfois connu à l’avance chaque année et la perte de capital est impossible (hors frais de gestion du contrat). À la rémunération annuelle du contrat peut s’ajouter une participation aux bénéfices. Les prélèvements sociaux sont déduits chaque année des intérêts par l’assureur. Si le contrat monosupport en fonds euros est simple, il s’adresse avant tout aux profils d’épargnants sécuritaires et prudents, car le fonds est sécurisé et garanti mais avec des perspectives de rendement limitées. Ce type de contrat tend à disparaître au profit des contrats multisupports plus attirants pour les épargnants.

Les contrats multisupports

La définition du contrat d’assurance vie multisupport est la suivante : il s’agit d’un contrat qui comporte plusieurs supports en unités de compte, permettant à l’épargnant de diversifier son épargne. Les contrats multisupports sont constitués généralement d’un fonds euros, mais également de plusieurs unités de compte* dont la nature et la composition varient d’un assureur à l’autre. Si le fonds en euros est toujours garanti en capital, les unités de compte* présentent quant à elles un risque potentiel de perte en capital : l’assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, et non sur leur valeur qui peut fluctuer à la hausse comme à la baisse en fonction de l’évolution des marchés financiers, le souscripteur supporte seul le risque de perte en capital. Il peut s’agir d’actions, d’OPCVM, de SICAV, d’OPCI, de SCPI…. ou encore de trackers. Le rendement en assurance vie dépend donc de la performance des marchés financiers et peut être positif ou négatif. Les contrats multisupports s’adressent donc en priorité aux épargnants ayant des profils de risque équilibrés, dynamiques et offensifs.

 

 

Définition des types de supports d'assurance vie 

 

Entre le fonds en euros ou les unités de compte*, il n’est pas toujours facile de savoir quel support choisir sur son assurance vie, ni en quelle proportion opter pour l’un ou l’autre. Sicavonline revient sur la définition des différents types de supports proposés dans les contrats d’assurance vie.

Les supports en euros

Les supports en euros des assurances vie se retrouvent tant au sein des contrats monosupports que multisupports. Ils sont gérés par l’assureur et peuvent donc être composés différemment en fonction du contrat que vous choisissez. Une large part du fonds en euros, variant de 60 % à 80 %, est constituée d’obligations souveraines, alors qu’une part plus restreinte, variant de 20 % à 40 %, est constituée d’actions, d’immobilier et de produits financiers apparentés, en proportion variable. Le capital est garanti sans limite de temps et les intérêts sont versés annuellement par l’assureur. Les intérêts peuvent être également garantis grâce à l’effet cliquet. Les supports en euros sont considérés comme des supports sécurisés.

Les supports en unités de compte* (UC)

La définition d’une unité de compte* en assurance vie est la suivante : il s’agit du support d’investissement des contrats dits multisupport. Le capital d’une unité de compte* ne se traduit pas en euros, mais en nombre de parts détenues. S’agissant de supports par nature soumis aux fluctuations des marchés financiers, leur valeur de rachat est volatile et peut augmenter ou diminuer à tout moment. Le risque financier lié à la détention d’unités de compte* n’est pas assumé par l’assureur, mais repose sur l’assuré, qui connaît les risques de perte en capital. Il s’agit de supports volatiles, contrairement au fonds en euros.

 

Définition des frais liés à l'assurance vie  

Des frais sont prélevés sur l’assurance vie au titre des opérations réalisées sur le contrat par le souscripteur. Leur montant varie d’un assureur à l’autre. Sicavonline revient sur la définition des principaux frais d’assurance vie à connaître.

Les frais d’entrée

Les frais d’entrée, également appelés frais sur versements, correspondent à un prélèvement effectué par l’assureur, proportionnel aux sommes d’argent versées sur le contrat. Ces frais ne sont pas systématiques, ils peuvent être dus à l’ouverture de l’assurance vie ou sur chaque versement. Ils servent à rémunérer le distributeur du contrat.

Les frais de gestion

Les frais de gestion sont prélevés par l’assureur et correspondent à un pourcentage des sommes gérées par l’assureur. Ils sont prélevés annuellement sur les fonds en euros, et à une périodicité définie au contrat sur les unités de compte*. Ils servent à rémunérer l’assureur.

Les frais d’arbitrage

Les frais d’arbitrage sont prélevés par l’assureur lorsque le souscripteur modifie la répartition des fonds sur son contrat d’assurance vie. Ils n’existent que sur les contrats multisupports libellés en unités de compte*. Ils sont dus lorsqu’un transfert est opéré d’un support à un autre et servent à rémunérer le gestionnaire.

 

Les prélèvements sociaux

Les prélèvements sociaux en assurance vie ne sont pas des frais de gestion, mais des taxes sur les produits revenant à l’État. Ils servent à financer la protection sociale française. Leur taux peut être révisé à tout moment, le plus souvent en début d’année civile. Ils sont prélevés chaque année par l’assureur sur les fonds en euros, et au moment d’un rachat sur les unités de compte*.

 

Les frais propres aux unités de compte


Les supports d’investissement en unités de compte sont à l’origine de frais différents des supports en euros. Ces frais attachés aux supports en unités de compte et non au contrat lui-même seront toujours indiqués par l’assureur dans le contrat. Le DIC (Document d’Information Clé) permet également de mieux les identifier avant d’investir.

 

Définition des différents modes de gestion en assurance vie 

En assurance vie, on distingue plusieurs modes de gestion. Par mode de gestion, on entend le fait de déterminer comment et par qui l’argent placé sera arbitré. Le souscripteur d’un contrat d’assurance vie peut choisir le mode de gestion de son contrat en fonction de ses besoins. Sicavonline revient sur la définition des trois principaux modes de gestion : la gestion libre, la gestion déléguée et la gestion déléguée avec sécurisation.

Gestion libre


La gestion libre du contrat d’assurance vie permet à l’épargnant de choisir lui-même les investissements qu’il souhaite réaliser et de procéder à l’arbitrage entre les différents supports du contrat d’assurance vie en toute autonomie. Il est recommandé pour les investisseurs ayant une bonne maîtrise des marchés financiers, le temps et la volonté de suivre leur contrat.


Gestion déléguée

La gestion déléguée ou sous mandat, consiste à confier au gestionnaire du contrat la répartition des primes versées sur les différents supports d’investissement ainsi que les éventuels arbitrages. L’assurance vie en gestion déléguée suppose d’avoir préalablement déterminé votre appétence au risque et votre profil d’épargnant : prudent, équilibré, dynamique ou offensif.


Gestion déléguée avec sécurisation


La gestion déléguée avec sécurisation reprend la gestion déléguée simple tout en sécurisant les sommes d’argent placées sur votre assurance vie chaque année. Concrètement, plus l’horizon de placement défini en amont avec votre assureur approche, plus votre épargne est investie sur le fonds euros afin de limiter les risques de perte.

 

Définition des différents versements en assurance vie 

Les versements sur une assurance vie peuvent être opérés par virement bancaire, prélèvement automatique, chèque. On distingue trois types de versement : le versement unique, le versement périodique et le versement libre.

 

Versement unique

L’assurance vie avec versement unique, ou prime unique, consiste à placer en une seule fois son épargne lors de l’ouverture du contrat. Ce mode de versement est généralement utilisé lors d'un placement d'une somme conséquente. Notez toutefois que le versement unique reste assez rare aujourd'hui, la majorité des contrats d'assurance vie du marché n'étant plus à prime unique.


Versement programmé

Les versements programmés consistent à verser de façon régulière, généralement mensuelle, parfois trimestrielle, un montant fixe pendant une durée définie dans le contrat d’assurance vie. Le versement périodique permet de se constituer une épargne progressivement et de lisser dans le temps le risque de pertes financières sur les supports en unités de compte* en réalisant des prix moyen d’achat des unités de compte faisant objet du versement régulier.

Versement libre

Les versements libres sont effectués par le souscripteur sans aucune contrainte de régularité ni de montant. Ce type de versement est apprécié pour sa souplesse. L’épargnant peut en effet choisir programmer ses versements de façon récurrente s’il le souhaite, tout en se laissant la possibilité d’arrêter ses versements ou de modifier leurs montants à tout moment. Un montant minimum lors du premier versement, ou versement initial, peut toutefois être exigé.

Sicavonline espère vous avoir permis de mieux comprendre comment marche une assurance vie et cerner les différentes définitions du secteur de l’assurance vie. Nous vous invitons à consulter notre site pour mieux comprendre comment fonctionne une assurance vie.


*Les supports en unité de compte présentant un risque de perte en capital, l'assureur ne s'engage que sur le nombre d'unités de compte* et non sur leur valeur qui peut fluctuer à la hausse comme à la baisse en fonction de l'évolution des marchés financiers. Le souscripteur supporte seul le risque de perte en capital.

Informations non contractuelles à caractères publicitaire. Octobre 2021.

Nos derniers articles