Fonctionnement d'une assurance vie : comment ça marche ?

Le fonctionnement d’une assurance vie peut sembler complexe pour les épargnants, d’autant plus que se repérer entre les différents contrats n’est pas toujours aisé. Sicavonline vous explique de manière simple comment fonctionne une assurance vie.

Quel que soit le contrat d’assurance vie que vous choisissez, les grands principes qui le régissent sont identiques d’un assureur à l’autre. Pour bien comprendre l’assurance vie, il est nécessaire de répondre à certaines questions incontournables que vous vous posez. Celles-ci permettent de savoir comment fonctionne une assurance vie afin de souscrire son contrat en connaissance de cause.

 

Quel est le principe d'une souscription à un contrat d’assurance vie ?

Le principe et la définition de l’assurance vie sont relativement simples. Il s’agit d’un produit d’épargne sur lequel vous versez la somme de votre choix et qui vous permet de vous créer un capital.

L'argent versé à la compagnie d'assurance est appelé "prime d'assurance". Vous êtes libre d'effectuer des versements selon le rythme préalablement défini dans votre contrat. Le capital constitué via votre contrat d'assurance vie sera transmis aux bénéficiaires désignés en cas de décès.

Cependant, le capital constitué reste disponible à tout moment puisque vous pouvez récupérer votre épargne quand bon vous semble, en effectuant un rachat. Le fonctionnement d’une assurance vie est d’offrir à l’investisseur de la souplesse. Il est cependant plus intéressant de conserver son contrat plusieurs années afin de profiter pleinement du cadre fiscal avantageux de l’assurance vie. Pour mieux comprendre à quoi sert une assurance vie, consultez notre contenu dédié.

 

Quels sont les principaux types de contrat d’assurance vie ?

Pour bien comprendre l’assurance vie, il est important de bien distinguer les deux grands types de contrats à savoir le contrat monosupport et le contrat multisupport. Si leur fonctionnement est similaire, ils ne visent toutefois généralement pas la même catégorie d'investisseurs.

 

Les contrats monosupport en euros

Le contrat d’assurance vie monosupport consiste, par définition, à investir son épargne sur un seul support. On peut parler également de contrat monosupport en euros puisque majoritairement, ce type de contrat comporte un seul fonds en euros.. Concrètement, il s’agit d’un fonds géré par l’assureur, constitué en autres, d’obligations d’État, et dans une moindre mesure d’actions et de valeurs immobilières. A la différence des supports en unités de compte, le contrat monosupport investi sur le fonds euros est plus sécurisé puisqu’il comporte une garantie brute en capital ( hors frais du contrat). La performance est toutefois très limitée.  Ce type de contrat s’adresse donc en priorité aux épargnants présentant un profil de risque prudent. Sachez en revanche, qu'il existe également, plus rarement, des contrats mono supports investis en unité de compte.

 

Les contrats multisupport


Le contrat multisupport propose par définition à l’investisseur différents supports en unités de compte et généralement au moins un fonds en euros. En d’autres termes, le contrat d’assurance vie multisupport permet de diversifier son épargne grâce au fonds euros, mais également grâce à des unités de compte investies en obligations, actions, immobilier, etc. La perspective de rendement peut être améliorée mais le risque de perte en capital existe. En effet, les unités de compte reflètent les marchés financiers, susceptibles de variations à la hausse comme à la baisse. En adaptant la répartition des versements entre les différents supports en fonction du profil de risque et de la situation personnelle de l’épargnant, un contrat d'assurance vie multisupport peut s’adresser néanmoins à tous.

 

Contactez un expert assurance vie

Que se passe-t-il à l'échéance d'un contrat d'assurance vie ?

Pour bien comprendre comment fonctionne un contrat d’assurance vie, il est important de s’intéresser au dénouement du contrat. Que faire quand votre assurance vie arrive à terme ? Que ce soit à la date d’échéance du contrat ou au décès de l’assuré, voici l’essentiel à savoir.

En cas de vie de l'assuré

Dans le cadre de la souscription d'une assurance vie, il est possible de souscrire un contrat avec ou sans date de fin.
Le fonctionnement des assurances vie est défini par le contrat que vous avez signé. Si vous avez opté pour une durée déterminée lors de la souscription de votre assurance vie, l’assureur doit vous verser un capital ou une rente, selon les modalités prévues au contrat. À la date d’échéance de votre assurance vie, vous devez fournir les pièces demandées pour le versement des fonds, et ces derniers doivent être débloqués au plus tard un mois après réception.


En cas de décès de l'assuré


Les bénéficiaires désignés en cas de décès du souscripteur-assuré peuvent être prévenus du vivant de leurs proches ou à leur décès au moment du dénouement du contrat. Au moment du décès de l’assuré, il est nécessaire de transmettre à l’assureur les pièces prévues au contrat, dont un certificat de décès ainsi qu’un justificatif d’identité. Le capital ainsi transmis sera soumis à une fiscalité et des prélèvements sociaux spécifiques. En revanche, si les bénéficiaires ne sont pas désignés au contrat, les fonds présents sur l’assurance vie feront partie intégrante de la succession et seront soumis aux droits de succession en vigueur.


En cas de souhait d’une reconduction d’un contrat à terme

Un contrat d’assurance vie dont la date d’échéance a été déterminée dès la souscription peut être reconduit en cas d’accord entre le souscripteur et l’assureur. C’est le contrat signé qui définit cette possibilité, avec des périodes de tacite reconduction d’un an. À défaut, le contrat peut être prolongé, après négociation, pour une période fixe convenue entre les parties. Cette option est utile, notamment si vos objectifs ont évolué entre le moment de la souscription du contrat et son dénouement.

En cas de sortie en capital

En matière d’assurance vie, la sortie en capital s’apparente à un rachat total de votre contrat. Elle implique donc la fermeture de votre assurance vie. Vous récupérez la totalité des encours présents sur le contrat, après déduction de la fiscalité et prélèvements sociaux dus. À noter que vous bénéficiez de l’abattement applicable pour une personne seule ou pour un couple (marié ou partenaire de pacs), accordé en une seule fois au moment de la sortie en capital.
En matière d’assurance vie, la sortie en capital peut entraîner la clôture d'un contrat. En effet, si le rachat partiel n'a pas d'incidence sur la durée de vie du contrat, le rachat total implique la fermeture de votre assurance vie. Lors d'un rachat total, vous récupérerez la totalité des encours présents sur le contrat, après déduction de la fiscalité et prélèvements sociaux dus. À noter que vous bénéficierez de l’abattement applicable pour une personne seule ou pour un couple (marié ou partenaire de pacs), accordé en une seule fois au moment de la sortie en capital.

En cas de sortie en rente viagère

Pour l’assurance vie avec sortie en rente viagère, on parle d’aliénation du capital. En effet, vous cédez la totalité des fonds détenus à votre assureur. En contrepartie, vous bénéficiez d’une rente mensuelle, trimestrielle, semestrielle ou annuelle, servie à vie par l’assureur. Celle-ci est calculée en fonction du montant des sommes versées au contrat, de votre âge et de votre espérance de vie au moment du dénouement. Les rentes perçues sont soumises aux prélèvements sociaux et à l’impôt sur le revenu.
---
Nous espérons que vous comprenez désormais mieux comment fonctionne l’assurance vie.

Découvrir l'assurance KOMPOZ

Un contrat collectif d’assurance vie parmi les moins chers du marché.
Une offre modulable pour répondre à votre situation et à vos souhaits.
Vos frais s’adaptent à vos choix d’investissement.
L’expertise de l’assureur Ageas France, filiale d’un groupe d’assurance international

VOIR L'OFFRE KOMPOZ

Fonds en euros ou unités de compte, quel placement privilégier ?  

Nous l’avons vu précédemment, le contrat monosupport et le contrat multisupport, qui donnent accès à une large palette d’unité de compte, ne présentent pas les mêmes avantages et inconvénients. Le contrat monosupport ne nécessite aucune connaissance particulière des marchés financiers et peut être géré simplement par l’épargnant, à la manière d’un produit d’épargne classique. A contrario, le contrat multisupport nécessite une certaine connaissance et expérience des marchés financiers pour bien comprendre les investissements réalisés. Les assureurs et intermédiaires en assurance accompagnent les titulaires de contrats d’assurance vie efficacement, de telle manière que néophytes comme aguerris peuvent sereinement investir, en fonds euros comme en unités de compte. Si vous hésitez entre un placement en fonds euros ou en unités de compte, sachez qu’il n’y a pas de règle en la matière. C’est avant tout la répartition de votre épargne entre les différents supports (fonds euros, unités de compte investies en actions, obligations, OPCVM*, parts de SCPI*, etc.) qu’il convient de considérer en fonction de votre situation personnelle, votre connaissance et expérience des marchés financiers sans oublier vos objectifs d’investissement.

*OPCVM : Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières

*SCPI : Société Civile de Placement Immobilier


Quel mode de gestion choisir pour son contrat d'assurance vie ?

Pour bien choisir un contrat d'assurance vie adapté à ses besoins et exigences, il est primordial de prendre en considération sa situation personnelle, sa connaissance et expérience des marchés financiers, ses objectifs et d’évaluer son profil de risque. Une bonne analyse vous permettra ainsi d’investir dans différentes classes d’actifs de façon pertinente.

En fonction de ces éléments, vous pourrez opter pour un des trois modes de gestion de l’assurance vie proposés par le contrat :

  • La gestion libre : vous choisissez vous-même vos supports d’investissement,
  • La gestion pilotée ou déléguée : vous confiez la gestion de votre contrat à un professionnel.
  • La gestion pilotée ou déléguée avec sécurisation : vous bénéficiez en plus d’une sécurisation de votre épargne vers le fonds euros chaque année grâce à l’effet cliquet. L'effet cliquet est un mécanisme qui assure au souscripteur les profits de l'année passée. Les intérêts engendrés par l'assurance-vie sont acquis, et ces mêmes intérêts acquis en engendreront de nouveaux, qui seront à leur tour eux-aussi, totalement garantis hors frais de gestion.

Les frais d'assurance vie, comment ça marche ?

Des frais sont prélevés sur un contrat d’assurance vie, ils dépendent du contrat choisi par le souscripteur et tous ne sont pas systématiques. Alors, les frais en assurance vie, comment ça marche ?

On distingue plusieurs éventuels postes de frais appliqués sur le contrat et sur les supports d’investissement :

  • Les frais d'entrée : ce sont les frais prélevés par l’assureur lors de l’adhésion au contrat,
  • Les frais sur versement : ce sont les frais prélevés par l’assureur lors de chaque versement effectué,
  • Les frais de gestion du contrat : ce sont les frais prélevés annuellement en fonction de la valorisation du contrat,
  • Les frais d’arbitrage : ce sont les frais prélevés pour transférer l’épargne d’un support à un autre. En savoir plus sur l’arbitrage en assurance vie.
  • D’autres frais : ce sont les frais propres aux unités de compte.

 

Comment souscrire  une assurance vie et quel est le montant minimum ?

Vous pouvez souscrire ou adhérer à une assurance vie auprès d’une compagnie d’assurance, mutuelle, banque ou encore par exemple via un courtier en assurance. Selon le contrat choisi, il est possible de signer son contrat physiquement ou de manière dématérialisée. Sachez que souscrire une assurance vie en ligne présente de nombreux avantages. La seule condition requise est d’avoir la capacité juridique pour contracter. Certains assureurs permettent aux mineurs de souscrire avec l’autorisation de leurs représentants légaux. Il faut également savoir que certains assureurs refusent la souscription aux personnes âgées de 85 ans et plus.  Par ailleurs, un montant minimum sur l’assurance vie peut vous être imposé pour souscrire un contrat d’assurance vie, de l’ordre d’une centaine d’euros en moyenne.

Quelle est la durée d'un contrat d'assurance vie ? 

Lorsqu’on s’intéresse au fonctionnement d’une assurance vie, une autre information est capitale : la durée du contrat. La durée d’une assurance vie dépend de la durée de vie humaine. Au terme du contrat, le capital ou la rente est transmis au bénéficiaire du contrat désigné en cas de vie ou en cas de décès. Néanmoins, la durée de votre contrat d’assurance vie peut être guidée par vos objectifs de placement, dès lors que vous pouvez racheter votre contrat à tout moment. Un projet immobilier, par exemple, sera envisagé à moyen terme, alors que la préparation de votre retraite sera privilégiée à long terme. Il est toutefois vivement conseillé de conserver son contrat au minimum 8 années. On parle de ce cap en raison de la fiscalité de l’assurance vie, notamment en cas de rachat partiel ou total, qui est allégée après 8 ans de détention.

Qui peut bénéficier d'une assurance vie ?

C’est le souscripteur du contrat qui choisit librement le ou les bénéficiaires du contrat d’assurance vie en cas de décès du souscripteur-assuré. À cet effet, il déclare à l’assureur les personnes désignées par le biais d’une clause bénéficiaire. Pour savoir si l’on est bénéficiaire d’une assurance vie, il est nécessaire d’attendre le décès de l’assuré afin d’effectuer une demande de paiement auprès de l’assureur. Alors, comment réclamer le montant d’une assurance vie ? En pratique, une saisie en ligne ou par courrier postal auprès de l’AGIRA peut être utile pour savoir si une assurance vie a été souscrite.

 


Comment racheter l’épargne constituée d'une assurance vie ?

Pour récupérer le capital accumulé d’une assurance vie, également appelé “valeur de rachat” ou encore “provision mathématique”, vous devrez faire ce qu’on appelle un rachat, c’est-à-dire une demande de retrait auprès de l’assureur. On distingue le rachat partiel du rachat total.

Rachat partiel

Vous cherchez à savoir comment racheter de l’argent d’une assurance vie sans nécessairement vider votre contrat ? Pour cela, il vous faut simplement procéder à une demande de rachat partiel auprès de votre assureur. Ce rachat suppose de garder suffisamment de fonds sur le contrat pour que les conditions d’ouverture soient remplies, mais également de respecter le montant des sommes minimum de rachat imposé par l’assureur. Un rachat partiel est utile si vous avez un besoin ponctuel de trésorerie ou si vous souhaitez bénéficier d’un revenu complémentaire régulier, à la retraite par exemple. Votre rachat partiel sera néanmoins soumis à l’impôt, sauf cas dérogatoires, ainsi qu’aux prélèvements sociaux.

Rachat total

Si vous souhaitez savoir comment racheter complètement et de manière définitive votre assurance vie, il faut alors demander un rachat total du contrat à l’assureur. Au contraire du rachat partiel, le rachat total implique la clôture du contrat d’assurance vie. Ce type de rachat est idéal pour réaliser un projet ou bénéficier d’un capital. La fiscalité applicable et le montant des prélèvements sociaux dépendent de la valeur de rachat du contrat, de votre date d’adhésion et de la durée de détention de votre contrat.

Comparez nos assurances vie

Avec Sicavonline, faites fructifier votre épargne, préparez votre retraite ou encore organisez votre transmission en investissant sur des supports diversifiés.

COMPAREZ LES OFFRES

Nos derniers articles